On fabrique, Zéro déchet

Fabriquer son produit vaisselle ?

Quand on entre dans la démarche zéro déchet, et/ou que l’on souhaite utiliser des produits plus sains pour notre santé et plus respectueux de la planète, arrive un moment où l’on envisage de fabriquer son produit vaisselle. Les recettes fourmillent d’ailleurs sur le Net.

Le produit vaisselle conventionnel comporte de nombreux ingrédients douteux : détergents dérivés du pétrole, phosphates, parfums de synthèse, perturbateurs endocriniens… On est d’accord qu’on peut mieux faire.

Crédit : Melissa-Anna/Pixabay

Fabriquer son produit vaisselle

Comme dit, il existe une foultitude de recettes sur la toile et dans les livres. Si au premier abord cela semble être une bonne idée pour réduire l’impact sanitaire et environnemental de ce type de produit ménager, il faut savoir que bien souvent, le résultat n’est pas à la hauteur des espérances. Le produit ne mousse pas comme vous l’auriez souhaité, il se déphase, il est trop liquide… Vous pouvez en tester quelques-unes et vous faire votre propre idée. Peut-être même que vous trouverez une formulation qui vous satisfera, et ce sera tant mieux.  😊

Mais personnellement, après de nombreux tests, je n’ai jamais trouvé de liquide vaisselle maison qui me convienne. J’avais envie d’essayer, par curiosité, mais en fait, non.

Ainsi, si dans un précédent article je vous vantais tous les avantages à fabriquer soi-même ses produits ménagers, pour le produit vaisselle en revanche, j’ai envie de vous dire :

Pourquoi faire compliqué quand on peut faire simple ?

En réalité, j’ai bien trouvé un produit vaisselle écologique qui me satisfait. Cela fait des années que je n’utilise que ça : un cube de savon de Marseille. BAM. Ni plus, ni moins.

Alors, ça ne mousse pas, c’est sûr, mais en même temps, ce n’était pas un critère pour moi. L’objectif était d’avoir un produit sain, économique et efficace, et il fait le job !

En effet, pourquoi se compliquer la vie en achetant plusieurs ingrédients différents pour fabriquer un produit vaisselle quand on en a déjà un tout prêt ?

Plus économique, moins de déchets (voire pas du tout), votre savon de Marseille vous durera en plus bien plus longtemps qu’un liquide vaisselle ! Un produit solide a en effet une durée de vie moyenne 2 à 3 fois supérieure à celle de son équivalent liquide.

Prêt à l’emploi, il n’y a rien à faire de plus que le poser sur votre évier : pas de mixture à préparer, faire chauffer, mélanger pour fabriquer votre produit… et pas de vaisselle après pour tout nettoyer. 😝

Choisir un véritable savon de Marseille

Il existe de très nombreuses contrefaçons sur le marché. Certaines n’ont strictement rien à voir avec le vrai savon de Marseille, et peuvent compter des ingrédients vraiment douteux et néfastes pour l’environnement et la santé. Un premier conseil que je peux vous donner : n’achetez pas votre savon de Marseille dans les petites à grandes surfaces lambdas. Préférez les magasins biologiques ou spécialisés dans le vrac.

Un savon de Marseille authentique ne doit comporter que 4 ingrédients : de l’huile végétale à 72 %, de la soude, de l’eau et du sel marin. Basta. Exit les parfums, colorants, conservateurs et additifs. Il n’y a pas non plus de glycérine ajoutée. Toutefois un vrai savon de Marseille en comportera naturellement des traces. Et la législation oblige les fabricants à l’indiquer (on peut la compter comme un cinquième ingrédient du coup). Quant au sodium tallowate que l’on trouve parfois dans la liste des ingrédients de soi-disant savons de Marseille, il s’agit de graisse animale !

Un savon de Marseille est vert ou blanc. Les verts sont normalement à l’huile d’olive, les blancs à l’huile de palme. On peut aussi en trouver à l’huile de coprah (coco) et parfois un mélange de tout ça, même si le savon semble vert ! Bien que toutes ces huiles soient autorisées dans la fabrication du savon de Marseille authentique, je préfère personnellement n’utiliser que celui à base d’huile d’olive. Cette dernière ne souffrant pas de la controverse qui frappe les deux autres huiles (déforestation, disparition de certaines espèces de singes ou exploitation de ces derniers, expulsion de paysans et indigènes de leurs terres…). Heureusement, il existe toutefois des filières durables comme la RSPO pour l’huile de palme et le commerce équitable pour l’huile de coco. Lisez donc toujours bien la liste des ingrédients pour faire votre choix de manière avisée.

Bon à savoir : La RSPO a mis en place une application permettant de scanner les code-barres des produits alimentaires pour découvrir instantanément le niveau de durabilité de l’huile de palme du fabricant. Ce n’est vraisemblablement pas adapté pour les savons, mais ça peut être utile pour les courses alimentaires si les produits que vous achetez en contiennent.

Un logo « Savon de Marseille »

Pour vous aider à y voir plus clair, il existe un logo créé par l’Union des Professionnels du Savon de Marseille dont les membres fondateurs sont les Savonneries du Midi, Le Sérail, Marius Fabre et Le Fer à cheval. Ce logo « valide » l’origine géographique, la composition et le respect du procédé de fabrication des savons. Ainsi, si vous trouvez des savons estampillés de ce logo, c’est bon ! Et dans tous les cas, si votre savon provient d’une des savonneries citées ci-dessus, tout va bien. 😊

Comment fait-on sa vaisselle au savon de Marseille ?

Alors là, vous allez pas le croire : vous mouillez votre éponge, vous la frottez sur le savon, et vous nettoyez votre vaisselle ! Dingue. Puis vous rincez bien, idéalement à l’eau chaude (paraît que ça enlève mieux le « gras » du savon, mais perso je fais à l’eau froide et ça me va). Et voilààà. 😊

Chez nous, on n’a jamais eu de lave-vaisselle, donc c’est tout à la main. Alors je peux vous dire que ce produit vaisselle a été plus que testé et validé et qu’un cube dure vraiment une éternité (j’opte pour un format moyen-gros, d’autant que moins c’est petit, moins c’est cher) ! 😉

Et sinon…

Si le savon de Marseille ne vous botte pas, que les produits vaisselle maison ne vous satisfont pas (parce qu’il faut plusieurs ingrédients donc potentiellement plusieurs déchets d’emballage par la suite, parce que vous n’avez pas envie/le temps de faire votre produit, parce que c’est trop liquide ou que sais-je encore), optez pour du liquide vaisselle écologique comportant un label fiable (Ecocert, Nature & Progrès) que vous achèterez en vrac en ramenant à chaque fois le contenant à remplir. 🙂

Cet article vous a plu ? N’hésitez pas à le partager et à commenter ! 😊
Vous pouvez aussi soutenir mon travail sur Tipeee, merci d’avance ! 🙏
Découvrez mes services de création de contenu pour votre marque ou entreprise !