Écologie globale

7 façons de limiter son impact environnemental à la période de Noël

Fin novembre/début décembre commencent les préparatifs de Noël : cadeaux, sapin, décos… Pendant un mois, on achète. Souvent beaucoup. Sans vraiment réfléchir : où cet objet a-t-il été fabriqué, par qui et dans quelles conditions ? Est-ce que c’est vraiment une bonne idée d’acheter un jouet en plastique quand on sait la pollution que ça engendre sur la planète et la santé ? Est-ce qu’acheter du papier cadeau tous les ans pour qu’il soit déchiré en moins de deux puis jeté est judicieux ? Quid du sapin ?

En bref : quel est l’impact environnemental (mais aussi humain, sanitaire, etc.) de mes achats ? Puis-je faire autrement ?

La réponse est OUI ! Je vous propose ainsi dans cet article plusieurs manières de réduire votre empreinte environnementale à l’occasion de cette période de l’année. 🙂 De nombreux conseils sont bien entendu valables pour le reste de l’année, ce sont de bonnes habitudes à prendre !

1. Réduire l’achat de décorations made in China et/ou en plastique, matériau peu sain ni facilement recyclable

Boules, guirlandes, bibelots, chaussettes… conservez les décorations des années passées ou faites-vous plaisir en achetant d’occasion ou éthique : bougies artisanales fabriquées par une petite créatrice du coin, décorations en bois made in France, etc. Ou encore, fabriquez vous-même – pourquoi pas avec l’aide de vos enfants – des guirlandes en papier, des origamis, des centres de table, des bougies, si possible en privilégiant des matériaux de récup’.

2. Oublier le calendrier de l’Avent garni de chocolats industriels de mauvaise qualité et pas du tout éthique

Fabriquez vous-même un calendrieril y a plein de tutos sur Pinterest – et glissez-y des chocolats ou autres friandises faits maison ou achetés chez un bon chocolatier ou en magasin biologique, et de préférence en vrac. 😊 Vous pouvez aussi y glisser de petits jouets, livres ou autres, en privilégiant des matériaux sains et durables comme le bois pour les jouets, en choisissant si possible une fabrication française, de la seconde main, etc… Pensez également aux « Bons pour… », et pourquoi pas à y intégrer quelques décorations à mettre sur le sapin ! 🎄

3. Bien choisir son sapin

Conservez votre sapin artificiel d’une année sur l’autre, achetez un sapin naturel certifié, replantable, ou décorez une plante d’intérieur ! Pour plus d’infos sur les sapins et leur impact environnemental, je vous invite à lire mon article dédié.

Autre bonne idée : fabriquez vous-même votre sapin, idéalement, là encore, avec des matériaux de récupération ou d’occasion ! Du sur-mesure, avec plein d’idées pour vous inspirer dans mon tableau Pinterest.

4. Opter pour des cadeaux écoresponsables

Tournez-vous vers des cadeaux écolo, éthiques, de fabrication française ou à défaut européenne, des cadeaux utiles (on oublie le cadre photo lumineux), faits main, d’occasion/reconditionnés (le must en matière de maîtrise de l’impact environnemental), dématérialisés (un massage, un restau, un atelier, une sortie nature…), des cadeaux type équipement zéro déchet (gourde inox, tawashi, mouchoirs en tissu…), des produits alimentaires artisanaux de qualité, bref, vous avez compris je pense ? 🙂

5. Qui dit cadeau écolo dit emballage écolo !

Papiers récup’, journal, furoshiki (emballage en tissu), etc. seront vos alliés. Je ne m’étale pas plus ici sur le sujet, car je l’ai déjà traité dans le détail dans un article vous proposant une palette d’emballages plus écolo que le papier cadeau conventionnel qui a une durée de vie extrêmement courte et qui ne se recycle d’ailleurs souvent pas.

6. Boycotter Amazon, Alibaba/Aliexpress et autres grandes plate-formes en ligne similaires

Amazon, cela fait des années que je sensibilise à son sujet. C’est une méga société pas du tout éthique qu’il faut absolument éviter, au même titre que ses consœurs telles qu’Alibaba (société chinoise), qui n’ont rien à lui envier. Je vous invite à lire mon article pour tout savoir sur Amazon et ses pratiques. Certes, ces plate-formes proposent des prix très attractifs et des livraisons plus rapides que l’éclair. Mais vous êtes-vous déjà demandé ce qui se cachait derrière ces empires de la consommation et de l’immédiateté ?

Le commerce en ligne entraîne par ailleurs le transport de millions de colis, avec les emballages qui vont de pair. Cela a un coût environnemental. Certaines boutiques se disent neutres en carbone concernant les envois : je vous avoue que je ne sais qu’en penser, il faudrait que je creuse le sujet ; je ne comprends pas bien comment cela est possible mais bon, je me dis que, quitte à acheter en ligne, autant le faire sur un site qui indique cette information. N’hésitez pas à me dire en commentaire si vous en savez plus au sujet de la neutralité carbone des envois (en ayant des infos fiables/vérifiables). J’y consacrerai peut-être un jour un post ou un article, ça pourrait être intéressant.

Bref, privilégiez autant que possible les boutiques physiques, les librairies de quartier ou des sites beaucoup plus « soft », comme ceux de petites marques engagées qui n’ont pas (beaucoup) de points de vente physiques et qu’il faut soutenir pour leur impact positif sur le monde.

7. Ne pas succomber au Black Friday

Le Black Friday, ou Black (Friday) Week est une incitation à l’achat, au même titre que la période des soldes. Ni plus, ni moins. Pendant quelques jours à la fin du mois de novembre, tout est ainsi bradé, que ce soit en magasins physiques ou sur la toile. Comme l’offre est très limitée dans le temps – d’une journée, mais bien souvent trois jours (vendredi samedi dimanche), à une semaine –, il faut se dépêcher d’acheter avant qu’il ne soit trop tard ! Il en est de même avec le Cyber Monday, événement uniquement en ligne.

Ne succombez pas à la tentation. Gardez votre argent pour des achats réfléchis et raisonnés, faits en conscience et non dans la rapidité forcée. Ce type d’événement a un lourd bilan écologique, notamment au niveau des retours de produits des clients dans les jours qui suivent leurs achats. En effet, selon une étude menée par Greenpeace en Allemagne en 2018, environ un quart sont renvoyés à l’expéditeur par les consommateurs de moins de 30 ans. Il n’y a pas eu d’étude de ce type en France mais la tendance serait similaire. En plus de la pollution générée par les envois et les retours, 30% des produits retournés finissent à la poubelle, d’après plusieurs ONG allemandes qui ont interviewé d’anciens employés d’Amazon (encore…) en 2018. N’hésitez pas à consulter cet article de LCI pour plus d’informations !

Si vous souhaitez profiter du Blak Friday pour certains de vos achats, que vous y avez bien réfléchi, que vous vous êtes dit que vous alliez attendre ce moment pour acheter quelque chose que vous vouliez, par exemple, acheter depuis longtemps, et que ça vient pas du monde, mais d’une chouette petite entreprise française, alors pourquoi pas ! Mais sinon non. 😉

Cet article vous a plu ? N’hésitez pas à le partager et à commenter ! 😊
Vous pouvez aussi soutenir mon travail sur Tipeee, merci d’avance ! 🙏